logo.png

L’ennemi de la Tiny : le poids…




Rien n’interdit selon la législation française de construire une « petite maison » sur un plateau avec roues de sorte qu’elle puisse cheminer. Au-delà de certaines normes, elle ne pourra être déplacée autrement que sous forme de convoi exceptionnel. Pour tracter une tiny house avec un simple permis B96 (permis B plus 7 heures de formation), il convient de respecter un poids total de 4250 kilos avec 750 kilos maximum pour la remorque.
En pratique, la tiny sans sa remorque ne doit pas dépasser les 3500 kilos.
A première vue, cela semble suffisant mais dans la réalité il faut rapidement opérer des choix. Ainsi, le tout bois est très tentant afin que la tiny ressemble le plus possible à la cabane de l’enfance ou encore au chalet cossu voire à la roulotte des gitans d’une toute autre époque tirée par des chevaux dociles. La désillusion peut briser le rêve car la question du poids se pose dès la mise en place de l’ossature.

Voici une liste non exhaustive de conseils et autres astuces :

  • Les tôles qui protégent le plancher contre les petits cailloux projetés au cours du cheminement de la tiny ou encore des attaques inopportunes de petits rongeurs n’ont pas besoin  d’une importante épaisseur. Entre 0.6 et 0.8 cm, c’est bien suffisant et quelques kilos sont déjà gagnés.
  • L’ossature doit être évidemment solide mais elle ne nécessite pas de véritables « poutres en chêne ». l’épicéa fera parfaitement l’affaire avec des sections 45-90.
  • Le bardage sera en pin maritime, solide, esthétique et relativement léger.
  • Les feuillards (sorte de sangles en acier) veilleront au contreventement aussi bien qu’une ossature en OSB.
  • Le revêtement au sol est esthétiquement plus appréciable avec un beau plancher en chêne, châtaigner ou autre acacia. Néanmoins, le choix d’un linoléum permettra un sensible gain de poids. L’entretien est également plus facile. La pose de lames emboîtables est aisée et rapide. 
  • Le toit intérieur ou les murs peuvent être réalisés avec des « lambris en PVC ». Légers et économiques. 
  • Dans la partie cuisine, l’utilisation de rideaux (les couleurs chatoyantes ne sont pas interdites) remplaceront utilement portes voire tiroirs.
  • Aux murs, des rangements en forme de boites de peupliers (bois léger) feront l’affaire que ce soit pour la vaisselle ou pour les vêtements.
  • Le toit peut être recouvert d’un revêtement bitumineux, léger, et très résistant aux intempéries. (généralement garanti dix ans).

Enfin, pour tracter cet habitat inimitable, objet de tant de passions, rien ne vaut à nos yeux un véhicule style utilitaire (Iveco, traffic, vito etc). Ceci permettra de loger d’éventuels panneaux solaires, des livres, de la vaisselle, des chaises, un escalier escamotable, une petite terrasse etc). Autant de poids en moins qui permettront de respecter la sacro sainte règle des 3500 kilos hors plateau remorque.